•  

     

     

     

    Du haut de Lure on voit se déployer toute la Haute Provence magique : des Alpes à la Sainte Baume, de la Sainte Victoire au Pelvoux, des monts Aurélien aux sommets de la haute Drôme, de Cavaillon à Sisteron, tout ce pays de châtellenies diverses, de châtaigneraies, de saulaies, d’olivettes, de lavandes, de ronceraies et de vieux usages, fume, ronfle, gronde, dort, s’aplatit dans le vent, éparpille le parfum de ses tilleuls, de ses lavandes, de ses bourgeoisies cloîtrées dans les vieux hôtels XVIII° de la montagne, de ses petites fourmilières de paysans sagaces et muets, de ses troupeaux, de ses déserts.

    Jean Giono (Provence) 

     

    La Montagne de Lure est une longue crête orientée est-ouest qui domine un paysage de crêtes beaucoup plus basses au nord, les Baronnies, et un paysage de collines au sud, le bassin de Forcalquier.

    La montagne se prolonge à l'ouest vers le Mont Ventoux par le plateau d'Albion, alors qu'à l'est la crête s'incurve vers le nord où elle est coupée par le Jabron, à 5 kilomètres au sud de Sisteron.

    Cette situation particulière, à l'intersection entre les Alpes et la Provence, associée à la morphologie très particulière de la montagne, permet une grande diversité de paysages et d'espèces d'un bout à l'autre de la crête.

     

     

     

     






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires